L'empreinte de l'achat d'un bien, se faire livrer ou aller le chercher?

C’est une question que l’on s’est posée avec l’équipe cette semaine, que je reformule ici :

supposons qu’une personne a décidé d’acheter un bien, par exemple un livre. Peut-on lui donner des indications sur l’empreinte de le faire venir jusqu’à son domicile ?

Très concrètement, quel est le mieux :

  • se faire livrer dans un amazon locker
  • se faire livrer dans un point relais, comme un cordonnier ou une épicerie
  • se faire livrer chez soi
  • aller en voiture le chercher
  • y aller à pieds (n’oublions pas que le livre a bien du être livré à la librairie à < 1km de chez nous)

Pour évaluer cette empreinte, il serait utile de comparer ces « modes de livraison » :

  • les uns aux autres par exemple sur l’indicateur climat (mais on peut aussi parler de pollution locale, etc.)
  • par rapport au bien lui-même. Par exemple, il est bien établi que quand on se fait livrer non pas un livre mais un steak, le moyen de livraison n’a aucune importante tant l’empreinte du bien lui-même est élevée.

J’imagine alors la solution : un site très simple, qui me pose 5 ou 6 questions (2 minutes pas plus) sur ce que j’envisage de faire (quel bien ? pouvez-vous le trouver à moins d’1km ? etc.) et qui me donne une conclusion bien tranchée.

Cette question me semble particulièrement d’actualité en cette période de 2nd confinement :sweat_smile:


Quelles ressources avons-nous aujourd’hui ? Un rapport, ADEME par exemple, sur l’empreinte de la logistique pour le consommateur ?

Je note cette étude : https://twitter.com/Lelievre_Adrien/status/1322150585337106435

2 J'aimes

Sur le sujet des casiers, points relais, locker, cette page Wiki pose le problème des standards pour rendre les solutions de logistiques et mobilités interopérables : https://wiki.lafabriquedesmobilites.fr/wiki/Standard_et_interopérabilité_des_cadenas_et_casiers_électroniques

Il s’agit bien de la rencontre entre la mobilité d’une personne et la ‹ logistique › d’un produit …